Mon petit brin de bonheur

Hier soir il m’est arrivé un truc très bizarre… Je jouais avec ma fille (oui bon, je faisais des bruits suraigus et elle souriait, c’est déjà pas mal!) et là sans prévenir je me suis mise à pleurer. Juste comme ça, en la regardant, j’ai eu des frissons et c’était parti.

En fait je la trouvais un peu trop « tout » et ce trop plein m’a tiré les larmes. Trop belle, trop de malice dans son sourire, trop de rires et jamais de pleurs, trop de bleu dans ses yeux, trop mignonne tout le temps, trop de petites cuisses potelées, trop parfaite en fait. Et trop de chance aussi. Une chance insolente d’avoir deux enfants respirants le bonheur et la santé. La vie m’a fait des crasses mais elle m’a aussi donné ces 2 enfants magiques. Cet extraordinaire petit garçon et ce bébé parfait. Ce bébé qui n’existait que dans les livres, je le pensais, afin de rester au top européen de la natalité.

IMG_4511 IMG_4509
Le quotidien n’a jamais été si rempli et si contraignant de logistique, et pourtant il n’a également jamais été si simple. Depuis qu’elle est là, tout coule naturellement. Comme si rien ne pouvait nous arriver, je sens ma famille au complet. J’ai ce sentiment que maintenant on sait forcément où on va, puisque nous ne sommes plus les parents d’un enfant, mais bel et bien une famille de 4 chouettes personnes. Je profite-profite-profite de chaque minute, de chaque instant comme si je l’avais volé. Mais avec la peur au ventre quand même que le sort se rende compte un jour que toute cette chance c’est trop pour moi toute seule.

IMG_4496
Bref, quoiqu’il se passe dorénavant, je crois que nous ne pourrons pas être plus heureux qu’à ce moment précis. Ce moment où nous jouons, où les larmes perlent sur mes joues et où ces mini-mains attrapent mes cheveux comme pour me faire revenir aux bruits trop aigus qui la font marrer encore un peu.

More about Wonderprimi

Comments

  1. Quel joli billet qui décrit parfaitement la façon dont mes émotions me submergent depuis la naissance de mon fils…. Merci pour cette jolie parenthèse de bonheur !

  2. C’est malin… Je lisais ce billet dans le bus, (ma chouquette dormant paisiblement dans sa poussette), et je me suis mise à pleurer à cause / grâce à ces mots.
    Merci !

  3. Tiens c’est rigolo, c’est ce que je ressens en ce moment, c’est si normal, comme si les choses auraient du être toujours comme ça :).
    Des bisouuuuus

  4. Faut dire ils sont à bouffer tes gosses ! Je me gave des photo de ta fille dès que ça passe sur mon fil d’actu 😉 Mais t’inquiète ça arrive même aux meilleurs d’entre nous de pleurer de bonheur et aucune raison que la chance te joue des tours en considérant que c’est « trop » : c’est en vérité limite jamais assez !
    Profites bien de ta jolie famille en tout cas.

  5. je vais te faire une confidence, ça m’arrive de temps en temps d’avoir les larmes aux yeux rien qu’en regardant mes enfants rire, vivre…être…
    très joli message d’une maman 😉
    bisous

  6. Cela m’arrive encore très souvent quand je regarde mon fils âgé aujourd’hui de 3 ans. Très bel article !

  7. Et bien, merci 1000 fois à toutes, vos mots sont bien plus beaux que les miens… Je sais que toutes mamans que nous sommes avons bien au fond du coeur cet amour si grand que parfois il déborde <3

  8. Si je n’ai pas eu ce sentiment quand mes twins étaient bébés, je dois avouer que depuis un certain moment cela m’arrive. Ça peut être soit quand nous jouons ensemble tous les trois, soit quand je les regarde jouer tous les deux. Parfois je me sens tout chose, heureux de pouvoir profiter de moments avec eux, qu’ils soient là, que ce soit quand on fait un jeu ou quand je les emmène quelque part et qu’ils s’éclatent. C’est tellement agréable et doux de les voir avec leur grand sourire…
    Je pense que ce qui me touche le plus c’est quand je leur fais un câlin, que je les porte et qu’on se regarde en se faisant un petit sourire, je sais que je ne suis pas objectif (et pour cause :D) mais je trouve mes twins super beaux, et je les aime tellement, que…
    Bref, je vais m’arrêter, je vais éviter de pleurer quand même.
    Profitons de tous ces moments privilégiés que nous avons avec nos enfants comme tu le décris si bien ici !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *